Agenda

Calendrier
anime.gif
Himalaya
Version imprimable

Description de la musique

1 - Les sources d'inspiration musicales

Les compositions d’Himalaya forment un tissu dans lequel se mêlent improvisations et parties écrites.
Les sources d’inspiration principales sont la musique indienne et le jazz, dans lesquels l’improvisation tient une place primordiale. Imprégnée de l’essence de ces cultures, la musique d’Himalaya donne une grande part à des développements de thèmes conçus sur des structures rythmiques inhabituelles (pour l’auditeur occidental actuel), par le biais d’improvisations élaborées. D’autres sources sont l'Afrique avec les multirythmes et formes répétitives hypnotiques sources de transes (qu’on peut également trouver dans la culture Indienne de manière différente), et les musiques folk tant orientales qu’occidentales. Il y a aussi des traces de musique occidentale médiévale et de la renaissance.
Le tout est parsemé de musiques actuelles comme le large éventail rock, pop, … entre autres par l'utilisation de certains effets et  sons psychédéliques.

2 - Quelques notions concernant la forme des compositions

Un grand nombre de compositions d’Himalaya sont basées sur la construction classique des ragas, autant en ce qui concerne les modes que d'autres caractéristiques particulières.
Ainsi plusieurs compositions commencent avec un alap – un alap est une présentation et un développement progressif du mode et des sentiments (rasa) du raga, le caractère du raga est pour ainsi dire petit à petit dévoilé. Ensuite, cet alap est suivi d'un développement plus rythmé, suivi d’un ou plusieurs thèmes, des improvisations sur ceux-ci par les solistes, accélérations des tempi, … Un autre exemple est l’utilisation de tihais (phrases asymétriques jouées trois fois se terminant sur le premier temps du cycle suivant) en fin d'improvisation et/ou avant les passages vers d'autres tempi, solistes ou thèmes.
 

3 - Rythmes et métriques

Himalaya utilise souvent des métriques impaires. Les patterns rythmiques et lignes de basses sont construits naturellement et l'auditeur n’en est pas dérouté, bien au contraire, l’auditeur non averti ne se rendra probablement même pas compte que ce n’est plus un habituel 4/4. Par contre les sensations particulières que ces rythmes engendrent ne manquent pas leur effet.
Beaucoup de ces métriques impaires sont d’origine indienne tel le rupaktal en 7 temps (3+2+2), le jhaptal en 10 temps (5+5). Il y a encore le dadratal en 6 temps (3+3), le teental en 16 temps (4+4+4+4). Egalement d’autres types de rythmes, par exemple à 9 temps ou à  3½ temps sont utilisés. Le traditionnel 4 temps est évidemment aussi présent.

 

4 - Instrumentation


Le son très particulier et original d’Himalaya est entre autre obtenu par une instrumentation hors du commun : le sitar,la harpe, la guitare et la basse en ce qui concerne les instruments à cordes, la flûte et le saxophone pour les vents, le synthé (utilisé dans les alaps) et un ensemble de batterie, percussions et tabla pour compléter la section rythmique d’une part, et d’autre part la voix principale male avec le chant typique indien en Bengali, accompagnée d’harmonium et utilisant les tournures de phrases specifiques et techniques particulières de différents styles musicaux indiens.
Dans certaines compositions s’ajoutent à cela une voir deux voix féminines. La combinaison de ces instruments offre une palette sonore très riche et profonde.