Himalaya 
 
Visitez aussi Himalaya sur MySpace
 
Himalaya
 
 
 et sur facebook.
 
 
 
Une courte description 

Himalaya est une rencontre entre orient et occident. Des ragas indiens, du jazz et des chants sublimes en Bengali, des couleurs de l’Afrique et des sons psychédéliques, des danses surprenantes et des images fascinantes, des combinaisons instrumentales atypiques comprenant entre autres sitar, harpe, saxophone, mridingam, flûte, derbouka, guitare, tablas, harmonium, … créent un univers magique.
Des atmosphères de sérénité méditative, des climats intimistes, des mélodies fortes, intensité et joie, des rythmiques exaltantes et dansantes contribuent à rendre la musique d’Himalaya unique.

Himalaya 'NAMASTE' CD 
Ne le ratez pas !
 
Himalaya Namaste Album
 

 
Une description plus détaillée...
 

 

Himalaya

Himalaya est un grand voyage subtil où s'entremêlent musique, danse et images embrassant différentes cultures, ères, émotions, pensées, styles, philosophies, sensibilités, expressions et impressions, … riche et profond également par la contribution de chaque membre du groupe apportant son expérience personnelle résultant d'un long parcours artistique, intellectuel et humain.

Actuellement Himalaya se compose de : 

Mark Bogaerts aka Ramasitar : sitar, guitare, saxophone, chant, compositions
Saskia Vanhoegaerden : harpe, flûte, chant, compositions
John Litton Baroï : chant, harmonium 
Sumi Lea Hordijk : danse, chant, percussions 
Eric Moens : basse électrique, synthétiseur
Fabrice Colet : batterie, tablas, mridingam, percussions
VJ : conceptions et projections vidéo
Pierre Narcisse a eu début 2007 une thrombose et est à moitié paralysé. Suite à cela il ne sait plus jouer et est remplacé par Fabrice Colet.
 
Historique
 
L’aventure d’Himalaya a commencé en 1994. L’idée de base était de confronter et unir la musique de différentes cultures et de créer une musique qui apporte paix et harmonie. Himalaya était un quartette instrumental entièrement acoustique : guitare acoustique - saxophone, harpe - flûte, contrebasse et tabla. Un premier changement fut le nouveau et actuel bassiste - Eric Moens, suivi de l’apparition des premières compositions avec sitar. Le chant a fait son entrée quand John Litton Baroï rejoint le groupe en 2002. Pendant toutes ces années, parsemées de quelques périodes d’inactivités scéniques, la musique a bien mûri et évolué. 
De nouvelles compositions et arrangements ont vu le jour et l’instrumentation a pris une nouvelle direction par l’apport du synthé, de la basse et de la guitare électrique, de la harpe électro-acoustique et en 2004 une dimension nouvelle s’ajoute, le projet s’ouvre à la danse avec la venue de Sumi Lea Hordijk. Et finalement en 2006 et 2007 de nouveaux développements sont concrétisés, Himalaya devient un spectacle audio-visuel par l’apport de projections vidéo.

Description de la musique

1 - Les sources d'inspiration musicales

Les compositions d’Himalaya forment un tissu dans lequel se mêlent improvisations et parties écrites.
Les sources d’inspiration principales sont la musique indienne et le jazz, dans lesquels l’improvisation tient une place primordiale. Imprégnée de l’essence de ces cultures, la musique d’Himalaya donne une grande part à des développements de thèmes conçus sur des structures rythmiques inhabituelles (pour l’auditeur occidental actuel), par le biais d’improvisations élaborées. D’autres sources sont l'Afrique avec les multirythmes et formes répétitives hypnotiques sources de transes (qu’on peut également trouver dans la culture Indienne de manière différente), et les musiques folk tant orientales qu’occidentales. Il y a aussi des traces de musique occidentale médiévale et de la renaissance.
Le tout est parsemé de musiques actuelles comme le large éventail rock, pop, … entre autres par l'utilisation de certains effets et  sons psychédéliques.

2 - Quelques notions concernant la forme des compositions

Un grand nombre de compositions d’Himalaya sont basées sur la construction classique des ragas, autant en ce qui concerne les modes que d'autres caractéristiques particulières.
Ainsi plusieurs compositions commencent avec un alap – un alap est une présentation et un développement progressif du mode et des sentiments (rasa) du raga, le caractère du raga est pour ainsi dire petit à petit dévoilé. Ensuite, cet alap est suivi d'un développement plus rythmé, suivi d’un ou plusieurs thèmes, des improvisations sur ceux-ci par les solistes, accélérations des tempi, … Un autre exemple est l’utilisation de tihais (phrases asymétriques jouées trois fois se terminant sur le premier temps du cycle suivant) en fin d'improvisation et/ou avant les passages vers d'autres tempi, solistes ou thèmes.
 

3 - Rythmes et métriques

Himalaya utilise souvent des métriques impaires. Les patterns rythmiques et lignes de basses sont construits naturellement et l'auditeur n’en est pas dérouté, bien au contraire, l’auditeur non averti ne se rendra probablement même pas compte que ce n’est plus un habituel 4/4. Par contre les sensations particulières que ces rythmes engendrent ne manquent pas leur effet.
Beaucoup de ces métriques impaires sont d’origine indienne tel le rupaktal en 7 temps (3+2+2), le jhaptal en 10 temps (5+5). Il y a encore le dadratal en 6 temps (3+3), le teental en 16 temps (4+4+4+4). Egalement d’autres types de rythmes, par exemple à 9 temps ou à  3½ temps sont utilisés. Le traditionnel 4 temps est évidemment aussi présent.

 

4 - Instrumentation


Le son très particulier et original d’Himalaya est entre autre obtenu par une instrumentation hors du commun : le sitar,la harpe, la guitare et la basse en ce qui concerne les instruments à cordes, la flûte et le saxophone pour les vents, le synthé (utilisé dans les alaps) et un ensemble de batterie, percussions et tabla pour compléter la section rythmique d’une part, et d’autre part la voix principale male avec le chant typique indien en Bengali, accompagnée d’harmonium et utilisant les tournures de phrases specifiques et techniques particulières de différents styles musicaux indiens.
Dans certaines compositions s’ajoutent à cela une voir deux voix féminines. La combinaison de ces instruments offre une palette sonore très riche et profonde.

Description de la danse

Afro-asiatique.
Influences modernes.
Croisement entre est et ouest.
Improvisation >< construction.

Née en Orient (Indonésie) et grandie en Occident, il est très naturel et évident pour Sumi Lea d’exprimer - manifester - revendiquer ses racines multiculturelles via la danse et la musique. Elle a également acquis une grande expérience en travaillant souvent avec des musiciens et danseurs Africains. Ajoutons à cela l’influence de la danse occidentale moderne et l’on obtient un mixe serein >< explosif qui est parfaitement assorti à la musique d’Himalaya.

La danse a une construction similaire à la musique, commençant à partir d’un quasi-repos - silence, une expression retenue éclorant progressivement et s’édifiant (déploiement - développement - épanouissement) vers une expression s’intensifiant graduellement.